Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des élèves du Séminaire de Jeunes de Walbourg (collège - Lycée - Internat Filles / Garçons)

Le blog des élèves du Séminaire de Jeunes de Walbourg (collège - Lycée - Internat Filles / Garçons)

Menu
50ème anniversaire Jeux-Olympiques : Zoom sur Pierre-Charles Yvan

50ème anniversaire Jeux-Olympiques : Zoom sur Pierre-Charles Yvan

"Ça m'a forgé la personnalité"

50ème anniversaire Jeux-Olympiques : Zoom sur Pierre-Charles Yvan

Parmi les nombreuses personnalitées qui viendront honorer de leur présence ce 50ème anniversaire des Jeux Olympiques de Walbourg, voici le portrait de Pierre-Charles Yvan qui était élève au SEM à partir de 1985. Il est devenu interne alors qu'il était en 6ème et il est resté jusqu'en Terminale pour une expérience forcément inoubliable.

"J'en garde un souvenir positif avec le recul même si ma première année était compliquée du fait de la séparation avec les parents nous a-t-il avoué. On restaient quinze jours, ça m'a forgé la personnalité que j'ai aujourd'hui. J'ai pu développer le respect des autres, le partage, la vie en communauté. C'est aussi la passion pour le sport qui a été formateur dans ma vie puisque c'est grâce au sport que j'ai pu développer cette volonté de gagner et d'être performant."

Celui qui a pu assister au Jeux Olympiques de Pékin, de Londres, et de Rio en tant que cadre commercial chez Adidas garde forcément dans un petit coin de sa tête les Jeux Olympiques de Walbourg où il a remporté de nombreuses médailles. "Chez moi je dois avoir une bonne trentaines de médailles confirme-t-il. Je me souviendrais toujours de ces périodes là où tout tournait autour du sport."

Pour Pierre-Charles Yvan, le lien entre ce qu'il a vécu à Walbourg et plus tard dans le cadre de sont travail se situe au niveau émotionnel. "Le lien que je peux faire c'est en terme de partage et d'émotion" conclu-t-il en souhaitant à tous les jeunes qui lui succèdent de trouver leur voie et le chemin qui mène vers la réussite...

Merci à Dominique Kiefer