Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog des élèves du Séminaire de Jeunes de Walbourg (collège - Lycée - Internat Filles / Garçons)

Le blog des élèves du Séminaire de Jeunes de Walbourg (collège - Lycée - Internat Filles / Garçons)

Menu
Découvrez l'américaine du SEM' Anna Church

Découvrez l'américaine du SEM' Anna Church

Miss sourire du Missouri

Découvrez l'américaine du SEM' Anna Church

Anna Church, une Américaine de 23 ans, joue depuis le début de saison à l’ASVS, en championnat d’Alsace de volley-ball. Pourquoi et comment a-t-elle posé ses valises du côté de l’Outre-Forêt ? Réponse ci-dessous…

Découvrez l'américaine du SEM' Anna Church

Anna Church l’avoue aisément. Avant de débarquer dans la région, elle ne « connaissait rien de l’Alsace » et pas grand-chose de la France.

Il faut dire que cette native du Missouri, âgée de 23 ans, n’avait jamais vu l’Europe autrement qu’à la télévision. Pourtant, Anna Church n’a pas hésité à traverser l’Atlantique pour débarquer dans un pays inconnu. Avec une seule motivation : le volley-ball…

« J’ai débuté le volley à l’âge de huit ans. Ma grande sœur y jouait et ça m’a tout de suite plu », raconte-t-elle, en mêlant un peu de français à son anglais. Anna Church joue en catégories jeunes, puis poursuit son apprentissage à Saint-Louis, avant d’intégrer l’équipe de la fac de Kansas City. Mais quand sonne la fin des études, Anna Church refuse de faire le deuil de son sport chéri.

« Aux États-Unis, après la fac, il n’y a rien en volley-ball… Pas de championnat en tout cas. Et je voulais vraiment continuer à jouer. » Malgré sa (relative) petite taille (1,70 m) pour une attaquante/réceptionneuse, Anna Church s’accroche à son rêve : celui de devenir joueuse professionelle ou semi-pro.

« J’ai pris un agent, en Slovénie, pour essayer de trouver un club en Europe », raconte celle qui a disputé le “Final Four” universitaire la saison passée devant… 18 000 spectateurs. Tout l’été, elle attend une réponse. Réponse qui viendra finalement de Woerth. Norbert Conrad, entraîneur de l’équipe féminine qui évolue en Prénationale, est contacté par un ancien coéquipier, lui-même ami de l’agent d’Anna Church. Grâce au bouche-à-oreille, l’affaire se boucle rapidement et Anna Church paraphe une licence en faveur de l’AS Vallée de la Sauer.

 

« C’était un peu flippant… »

 

Dans le même temps, le club de l’Outre-Forêt lui dégote un job au Séminaire de Walbourg, où elle fait « de la surveillance et de l’aide aux devoirs ». Débarquée fin août, la volleyeuse fait rapidement son trou, sur le terrain comme en dehors. « C’était un peu flippant de venir ici, j’étais très stressée avant de quitter les États-Unis, même si j’avais confiance en mon agent, qui me disait que cela se passerait bien », rembobine la joueuse. Après deux mois passés en Alsace, la jeune volleyeuse ne regrette pas son choix. Sportivement, elle a trouvé sa place dans le collectif de l’ASVS – qui vise la montée en N3 et qui est toujours invaincue en “Prénat” – et humainement, elle a trouvé une deuxième famille, tant au club qu’au séminaire de Walbourg, où elle loge.

« Tout le monde m’a beaucoup aidé à mon arrivée. Je suis vraiment très contente d’être ici, car c’était un rêve de pouvoir continuer le volley et d’en vivre », lance-t-elle, un grand sourire aux lèvres. Et le fait de travailler à côté de son activité sportive lui convient à merveille.

« Souvent, les Américains qui viennent en Europe et sont pros à 100% s’ennuient. Là, je suis occupée, je suis dans la vraie vie… », estime la volleyeuse en rigolant. Avant d’ajouter, plus grave : « Mais il faut vraiment que j’apprenne le français ! » Le seul bémol, finalement, est la distance. Si Anna Church a la chance d’avoir des cousins et cousines en Allemagne (à Berlin et Düsseldorf), elle reconnaît volontiers que sa famille lui manque. Sa grande sœur, son frère jumeau, ses parents, son petit copain… tous sont restés à Kansas City et suivent l’aventure d’Anna de loin.

«Monter en championnat de France ? Ce serait cool… »

« Je devrais rentrer pour Noël et j’espère bien qu’ils vont venir me voir », avance-t-elle encore. En attendant, Anna Church compte bien profiter des attraits du Vieux Continent. Elle qui est passionnée par l’art et le graphisme – elle fait un master par correspondance – a déjà une longue liste de musées à visiter. Et de plats à goûter. « Ce qui me va bien en Alsace, c’est la cuisine », avoue-t-elle. Mais la jeune femme espère surtout passer un palier au volley, tout en permettant au club de l’ASVS de grandir. « Monter en championnat de France ? Ce serait cool. Et mon boulot est de faire mon maximum pour aider », conclut-elle, toujours souriante.

 

Article : Barbara Schuster (c) DNA

Photos : Laurent Hickel (c) DNA